Lucie est une personne particulière pour moi puisqu’elle fait partie de mes meilleures amies.

Nous nous sommes rencontrées il y a près de 15 ans, sur les bancs d’un amphi et notre amitié a beaucoup évolué au rythme de nos vies respectives.

Nous nous sommes observées nous jeter dans l’arène du métier de RH, qui nous a challengé chacune à notre façon. Nous sommes devenues maman quasiment en même temps, et nous sommes devenues coach à quelques années d’intervalles, pas sur les mêmes spécialités, mais clairement dans la même philosophie.

Lucie est inclassifiable. Mais si j’avais deux mots pour la qualifier, ce serait authentique et généreuse.

Elle propose une approche très intéressante sur un sujet qui nous concerne tous pour le coup. Je suis ravie de vous la présenter (en toute objectivité 😆)

Avec le son et la voix il y a quelque chose de pur, comme une vérité.

Petit tour de présentation…

Je suis coach en communication interpersonnelle, certifiée DISC et experte de la voix après une formation de deux ans chez Coach global coaching à Paris. Ce qui a fait que je me suis tournée vers cette niche c’est ma passion du chant et de l’accompagnement.

Auparavant, j’ai passé 11 ans dans les RH en tant que business partner pour terminer DRH. C’était mon poste rêvé. Je voulais créer des ponts entre des choses en apparence pas conciliables comme la performance économique et l’Homme. Je me suis aperçu que ça ne marchait pas comme je me l’étais imaginé. Il y avait plus de résistance que ce que je pensais.

De plus, j’ai toujours été dans des environnements compliqués, en transformation. Probablement parce que je les attirais.

Un jour, j’en ai eu assez. Je voulais aller plus loin sur l’aspect humain et l’accompagnement.

Avec le son et la voix il y a quelque chose de pur, comme une vérité. J’ai à coeur que chacun puisse exprimer sa vérité au travers de sa voix.

Qu’est-ce qui a été le plus dur ou challengeant pour toi pendant ces deux ans de formation/ reconversion ?

Le plus compliqué a été de se défaire de la représentation qu’on a sur soi. J’ai quitté un CODIR pour faire une école de musique avec des gens de 18 ans 😅. J’ai aimé, mais l’écart était impressionnant. Parfois, tu perds tes repères et tu peux prendre peur. J’étais dans cette situation mais je me suis accrochée. L’important c’est de suivre la petite voix qui te dis que tu as raison et de continuer.

C’est dur de ne pas se laisser entrainer par les autres, leurs attentes, leur projection, leurs peurs….Il faut garder le cap et suivre son idée.

Beaucoup de gens autour de moi voyaient seulement le côté économique du business pour accompagner que des dirigeants. C’était une potentielle manne financière. Mais moi, je voulais l’ouvrir au plus grand nombre. Toute personne qui souhaite aligner sa parole avec qui elle est vraiment m’intéresse. C’est une démarche plus holistique, plus globale, qui est moins rentable immédiatement. Mais j’aime ça.

L’autre dimension de ton quotidien, c’est la gestion de ton business. Quelle entrepreneuse es tu ?

Ma force c’est que j’ai de l’intuition. Et j’aime les trucs innovants. J’aime faire des formations, apprendre de nouvelles choses et faire le lien avec mon métier (comme les neuroscience par exemple).

Je vais bientôt faire une formation sur le psychodrame (pour lier le développement personnel et le théâtre), puis une en sonothérapie (travailler sur les vibrations). J’aime mêler le côté psycho à la physiologie et à l’art.

Mon inconvénient c’est que j’ai tendance à partir dans beaucoup de directions différentes et l’aspect finition c’est moins ma force naturelle.

Mais j’ai toujours su tirer partie de mes nombreuses expérimentations, c’est très riche. Il ne faut juste pas se perdre.

J’aime le changement et les trucs innovants. J’en ai fais une force dans mon business.

Quels conseils donnerais-tu pour une prise de parole efficace ?

Souvent on s’en fait un monde de la prise de parole, c’est l’une des peurs fondamentales de l’être humain. Mais derrière, ça parle de notre rapport à l’échec et à l’erreur qui est souvent une difficulté.

Mon conseil : Allez s’interroger sur ses peurs et se dire qu’une prise de parole parfaite ça n’existe pas. C’est très subjectif. Il faut plutôt se dire : en tant qu’être unique, qu’est-ce que j’ai à donner dans cette intervention ?

Ne pas penser “qu’est-ce qu’il vont penser ?” c’est dur, mais en s’entraînant et en se focalisant sur notre part, on peut y arriver. D’ailleurs, il existe des techniques pour focaliser le cerveau sur autre chose que sur cette pensée.

De plus, je constate que beaucoup de gens préparent leur discours à l’écrit avant de passer à l’oral. Or, on parle rarement comme à l’écrit, donc il est préférable de faire l’inverse car sinon, on veut dire ce qu’on a écrit et on s’emmêle les pinceaux.

➡️ Faire un plan des grandes idées avec des mots clés qu’on s’entraine à refaire différemment à l’oral. Ça n’empêche pas d’être spontané. Justement, bien préparer permet de clarifier ses grandes idées et de jouer en fonction de la connexion avec l’auditoire le jour J.

Tu en penses quoi des techniques qu’on voit passer sur internet ?

Il y a des choses à prendre et à laisser en fonction de soi. Tout n’est pas à prendre au pied de la lettre.

Oui s’hydrater régulièrement c’est important ça aide la voix. Mais je conseille d’éviter de rentrer dans des choses trop précises.

Personnellement, dans mon travail, je préfère me concentrer sur l’orateur : si c’est ultra travaillé mais que ça ne correspond pas à la personnalité de l’orateur, pour moi nous sommes à contre-emploi.

Ça passe donc essentiellement par la connaissance de soi.

Par exemple, avant je faisais des crises de tétanie pour des concerts. Je chantais bien en répétition et le jour du concert, je bloquais. Je voulais que tout soit parfait et au final il n’y avait rien. Ça se travaille, car aujourd’hui grâce à cette introspection, ça va mieux.

J’ai senti le parallèle entre ma voix, l’assise dans mon corps et mon développement personnel.

Ça ne me paralyse plus même si je ressens encore du stress aujourd’hui avant des représentations. Et là, à nouveau, je vais interroger mes peurs.

Quelle est ta plus belle rencontre ? Ou la personne qui t’inspire le plus ?

J’ai eu la chance d’en avoir beaucoup. Mais ma plus belle rencontre c’est mon conjoint actuel Olivier, avec qui j’ai co-fondé iriSENS.

J’ai vraiment trouvé quelqu’un avec qui marcher sur un même chemin et ça fait du bien. On partage beaucoup de passions communes et on communique énormément, c’est très riche.

Le plus gros apprentissage pour toi dans ta vie ?

Petit à petit, j’ai trouvé mon autorité naturelle. J’ai gagné en force en trouvant mes limites et en les posant.

Que conseillerais- tu à la jeune Lucie de 20 ans ?

Croire en ses envies, elle n’est pas aussi farfelue que ça 😅 Et, t’inquiète pas, ça a du sens et ça va aller.

Un dernier mot pour finir ?

J’adore ma vie d’aujourd’hui car c’est une vie passion. Ça part dans tous les sens, ça prend des risques, mais ça me correspond et c’est vivant !

Pour les gens à qui ça parle, c’est important de respecter ce besoin.

Pour retrouver Lucie ⬇️

Son profil Linked In 👤

Son site et ses offres 🔗